Evénements antérieurs

Vendredi 22 Octobre 2021
20h00

Jiyan

image

Âge légal: 16 ans

Entrée: 10.- /5.-

VO turc / ST anglais

2018

Allemagne



"Jiyan" donne à voir le parcours d’un jeune couple fuyant le conflit armé syrien pour offrir un futur meilleur à leur enfant à naître. La réalisatrice s’attache à montrer le quotidien du couple de migrants comme une lutte pour leur survie et pour leur liberté.

Tout au long du film, la complicité d’Harun et Hayat, leurs débordements de complicité, d’affection et parfois même de désir, introduisent des touches de légèreté bienvenues et, même plusieurs saynètes totalement décalées qui constitue autant de respirations bienvenues. Reste la pesanteur de leur confinement qui dit l’isolation, les doutes et les craintes vécus par les requérants d’asile tout en évitant subtilement de verser dans le pathos ou de se cantonner à des lieux communs largement courus ces dernières années par les cinématographies européennes.

Cette courte et très efficace fiction (1h11) prend la forme d’une réjouissante tragicomédie en huit-clos, servie par une mise en scène impeccable ainsi qu’une narration bien construite et totalement maitrisée.

A noter encore que le premier film de Süheyla Schwenk a été récompensé par le prix du public au Festival Entrevues de Belfort en 2019 et qu'il n'a pas été distribué en Suisse.

Mardi 26 Octobre 2021
20h00

Soirée de courts-métrages consacrée aux réalisatrices de Shashat

image

Âge légal: 16 ans

Entrée: 5.-/10.-

VO / ST Fr



Palestine



Soirée de courts-métrages consacrée aux réalisatrices de Shashat

en collaboration avec Travelling Palestine

Shashat est une ONG de cinéma féminine indépendante qui se concentre sur le cinéma des femmes et les implications sociales et culturelles des représentations des femmes. Shashat vise également à renforcer les capacités des jeunes réalisatrices par la formation, le mentorat, le soutien à la production et l’exposition afin qu’elles soient productrices de la culture palestinienne et pas seulement consommatrices de celle-ci. Shashat, qui signifie «écrans» en arabe, a été fondée en 2005 afin d'assurer la pérennité et la continuité de ces objectifs. 

Lors de cette soirée, vous pourrez découvrir 5 courts-métrages, version originale, sous-titrée en français :

Dead Land (2019) de Amjad Habalreeh, doc., 13 min

Non loin de Jénine, deux paysannes survivent sur le peu de terres que la construction du Mur d’apartheid ne leur a pas confisqué. Elles se souviennent du bonheur de la récolte des olives.

Engagement ring  (2012) de Taghreed Al-Azza, fiction, 13 min

Rompre des fiançailles, c’est être considérée comme divorcée. Rana hésite pourtant à se marier quand elle comprend comment son fiancé envisage la vie en couple. « Qui suis-je dans cette relation ? »

Silk Threads (2019) de Walaa Saada’, doc., 14 min

A Gaza, des Bédouines se retrouvent sous les oliviers pour broder les robes des futures mariées, les «thobe». Les anciennes transmettent aux jeunes les symboles brodés qui racontent la Palestine, ses paysages, ses villages, depuis toujours.

The ghoul (2019) de Alaa Desoki, doc., 17 min

A Gaza, le mythe de l’ogre ne fait pas peur aux enfants, mais il est un monstre qui tient éveillées les mères des nuits entières, tentant de protéger leurs enfants endormis : l’ogre qui vole la terre et les vies.

Golden Pomegranate (2009) de Ghada Terawi, fiction/animation, 14 min

Un conte palestinien raconte l’histoire d’une jeune fille qui subit de rudes épreuves et se replie dans le silence. « Jusqu’à quand vais-je me taire ? » Entre les images du conte, des femmes osent enfin parler des violences dont elles ont été victimes au sein de leur famille.
« Ne restez pas silencieuses. Parlez… Même au vent s’il le faut… Mais parlez, parlez… »

Jeudi 04 Novembre 2021
19h00

Contre-Feux: Une soirée avec Moira Tierney

image

Âge légal: 16 ans

Entrée: 10.- / 5.-

VO / ST Fr

2018

Irlande



Down Claiborne et autres films de la cinéaste irlandaise

Après une longue pause pour les raisons qu'on imagine, contre-feux se réjouit de rallumer enfin la flamme! Nous aurons le très grand plaisir d'accueillir Moira Tierney, qui nous fera l'honneur de sa présence à Lausanne pour échanger autour de ses films.

C'est à l'écriture d'une contre-histoire informelle et éclatée des États-Unis et du rêve américain que les films de Tierney s'attellent: une histoire «d'en bas», qui prend pour point de départ la rue. C'est dans la rue en effet que la cinéaste filme depuis vingt ans des formes d'expression communautaires et minoritaires : les graffitis et peintures murales, les manifestations et défilés, qui témoignent de l'oppression et de la résistance de celles et ceux qui luttent pour être reconnu-e-x-s. Inscrite dans la communauté elle-même minoritaire du cinéma expérimental, Tierney tisse les images qu'elle a filmées en 16 ou 8 mm à des poèmes, des chansons populaires, et des voix qui racontent, créant une dissociation puissante entre image et son.

La soirée commencera par la projection d'une sélection de films courts: Matilda Tone, qui rend justice à l'épouse d'un révolutionnaire irlandais du 18e siècle; la série incisive des American Dreams, qui montre le revers violent du rêve américain; et Habibi, tourné lors d'une manifestation de soutien à la population libanaise en 2008.

Après un repas chaud à prix libre, la soirée se poursuivra par la projection en première suisse de Down Claiborne, tourné à la Nouvelle-Orléans le long de Claiborne Avenue, où la communauté locale tente de récupérer son histoire et son territoire au moyen de peintures murales et des activités liées aux fêtes du Mardi Gras.

19h: Projection de Matilda Tone (2005), American Dreams 1-5 (2001-2016), Habibi (2008), v.o. s-t fr., env. 50 min.
20h: Repas prix libre
21h: Projection de Down Claiborne (2018), v.o. s-t fr., DCP, 50 min.

Ouverture des portes et du bar à 18h15

Le 3 novembre, Moira Tierney et contre-feux seront également présentes à Genève, au spoutnik, pour une projection de Down Claiborne. Plus d'informations à venir sur le site spoutnik.info !

contre-feux est un ciné-club proposant des séances à Lausanne. S'inspirant des activités de programmation alternative, sans-le-sou, intransigeante et chaleureuse de Jonas Mekas à New York dans les années 1960, contre-feux accueille des films qui ne trouvent pas ou peu d'espace pour exister à Lausanne. Les œuvres programmées appartiennent à diverses traditions - cinéma expérimental, cinéma d'artistes, cinéma documentaire, cinéma militant - ou échappent aux catégories. Elles ont en commun de susciter des formes d'attention singulières et inhabituelles, de chercher et de (dé)construire des formes politiques, d'offrir à leurs spectatrices·teurs des expériences de décentrement, d'éblouissement, de transformation, d'émancipation... contre-feux conçoit la séance de cinéma comme un dispositif social, et encourage les échanges et discussions en accompagnant les films d'introductions, en invitant des cinéastes ou des critiques à dialoguer, et en encourageant les participant·e·x·s à discuter avant et après les projections, au bar du cinéma.

Dimanche 07 Novembre 2021
19h00

André et les martiens

image

Âge légal: 16 ans

Entrée: 10.- / 5.-

Français

2016





Séance en collaboration avec le musée d'Art Brut et en présence du réalisateur

Cette projection a lieu dans le cadre d'une journée organisée à l'occasion des 90 ans d'André Robillard, figure historique de l'Art Brut dont les oeuvres font partie de la collection permanente du musée

André et les martiens nous embarque pour une promenade bouleversante, dans une proximité rare avec des artistes « bruts » ou outsider, qui travaillent de façon solitaire et construisent des univers qui renversent nos perspectives sur l’art. C’est André Robillard qui nous guide. Sculpteur, dessinateur, musicien, découvert par Jean Dubuffet, il est devenu un des plus importants créateurs de l’Art Brut. Depuis 1964, il fabrique des fusils, des centaines de fusils pour « tuer la misère ». Philippe Lespinasse interroge silencieusement l’extraordinaire des œuvres, la parole est aux artistes et à leur art. Il nous dévoile des mondes cachés que nous n’imaginions pas. Les artistes, eux-mêmes souvent en situation de handicap ou de marginalité, nous interrogent sur notre rapport à la norme et nous ouvrent des perspectives d’expression insoupçonnées.

Grand Prix du Marché International du Film sur les Artistes Contemporains (MIFAC) 2018

« C’est leur capacité d’invention, leur surgissement orphelin qui caractérise les œuvres d’art brut, capables de débarquer comme si rien n’avait existé avant elles. Rétives aux caractéristiques, rebelles aux analyses, répugnant aux familles, elles sont d’une force incandescente.»

--Philippe Lespinasse (réalisateur)


Mercredi 10 Novembre 2021
20h00

Mon ami Machuca de A. Wood

image

Âge légal: 12 ans

Entrée: 10.- / 5.- (réduit)

VO ESP / ST Fr

2004

Chili / Espagne



Dans le cadre de nouveaux rendez-vous réguliers consacrés à l'histoire et au cinéma, le collectif de l'OBLO vous propose d'octobre à décembre un cycle de projections intitulé:

"11 septembre 1973, la chute"

Il y sera question de la chute d'Allende, victime d'un coup d'état militaire, et de sa place dans la mémoire collective, alors que presque 50 ans après le bombardement de la Moneda, il a été , et reste, un des premiers « événement » retransmis quasiment en direct à la télévision à travers le monde. Un premier 11 septembre.

Les soirées de projections auront lieu en présence d’intervenant.e.s (professionnels du cinéma, historien.ne ou encore cinéphiles) qui introduiront les film brièvement et participeront à un échange avec le public à l’issue de la projection.

Synopsis

Gonzalo Infante, est issu des beaux quartiers, et Pedro Machuca, survit quant à lui dans un bidonville. Tous deux âgés de onze ans, ils se croisent sur les bancs d'école. Une rencontre rendue possible grâce à l’initiative idéaliste du Père Mac Enroe : permettre aux enfants de milieux défavorisés d’intégrer le collège catholique très huppé qu’il dirige. Son but : apprendre à tous le respect et la tolérance au moment où le climat politique et social se dégrade dans le pays.

De cette atmosphère fiévreuse naît une amitié profonde entre les deux garçons qui partagent un premier amour, des rêves de justice et un instinct de rébellion.
Ensemble, ils seront les témoins impuissants du coup d’Etat sanglant qui signe la fin de l’époque d’Allende.

Projection en présence de membre(s) du groupe de travail du Ciné-Club de l'Université de Genève à l'origine du cycle "La vie devant soi; imaginaires enfantins"

Cycle imaginaires enfantins ciné-club UNIGE


Mercredi 17 Novembre 2021
20h00

Me duele la Memoria

image

Âge légal: 16 ans

Entrée: 10.- / 5.-

VO / ST Fr

2018

Suisse



Dans le cadre de nouveaux rendez-vous réguliers consacrés des à l'histoire et au cinéma, le collectif de l'OBLO vous propose d'octobre à décembre un cycle de projections intitulé:
"11 septembre 1973, la chute"

Il y sera question de la chute d'Allende, victime d'un coup d'état militaire, et de sa place dans la mémoire collective, alors que presque 50 ans après le bombardement de la Moneda, il a été , et reste, un des premiers « événement » retransmis quasiment en direct à la télévision à travers le monde. Un premier 11 septembre.

Les soirées de projections auront lieu en présence d’intervenant.e.s (professionnels du cinéma, historien.ne ou encore cinéphiles) qui introduiront les film brièvement et participeront à un échange avec le public à l’issue de la projection.

Synopsis

Fuir, se cacher, sauver sa vie, résister ou s’exiler. Nos témoins, Joāo, Liliana, Teresa, Hector, Oscar et Alberto militent au Chili et voient leur vie basculer le 11 septembre 1973. Ce jour-là, les forces armées d’Augusto Pinochet portent le coup fatal à la «voie chilienne vers le socialisme», amorcée sous le président socialiste Salvador Allende et portée par un formidable mouvement populaire. Dans des récits émouvants, dignes et combatifs, ils partagent leur histoire, leur vécu, les difficultés de leur exil en Suisse, le retour au Chili pour certain.e.s.

Si la mémoire est douloureuse, mais nécessaire, l’héritage qu’ils nous transmettent est un message d’espoir et de solidarité qui rappelle leur combat pour une société plus juste et égalitaire.

Mercredi 15 Décembre 2021
20h00

Chute du cycle "11 septembre 1973 (...)"

image

Âge légal: 16 ans

Entrée:

VO / ST Fr







Dans le cadre de nouveaux rendez-vous réguliers consacrés à l'histoire et au cinéma, le collectif de l'OBLO vous propose d'octobre à décembre un cycle de projections intitulé:

"11 septembre 1973, la chute"

Il y sera question de la chute d'Allende, victime d'un coup d'état militaire, et de sa place dans la mémoire collective, alors que presque 50 ans après le bombardement de la Moneda, il a été , et reste, un des premiers « événement » retransmis quasiment en direct à la télévision à travers le monde. Un premier 11 septembre.

Les soirées de projections auront lieu en présence d’intervenant.e.s (professionnels du cinéma, historien.ne ou encore cinéphiles) qui introduiront les film brièvement et participeront à un échange avec le public à l’issue de la projection.

Film surprise (informations disponibles prochainement)